6.00 €
Disponible en stock
 
Le 16 octobre 2002, dans sa lettre apostolique sur le Rosaire, Rosarium Virginis Mariae, Jean-Paul II annonce l'ajout de cinq nouveaux mystères appelés lumineux entre les mystères joyeux et douloureux. L'initiative est de taille. Rien de contraire à la foi ne grève pourtant ces nouveaux sujets de méditation. Cependant, leur ajout ne risque t-il pas de détruire toute la symbolique du Rosaire, d'en démanteler sa composition tripartite, et lui enlever son titre de "psautier de Notre-Dame" ?
Au fil des pages, les vraies motivations de cette réforme se dessinent alors de plus en plus clairement : il s'agit d'interpréter le rosaire à la lumière du naturalisme post-conciliaire, et d'en faire un instrument de paix, car "le rosaire constitue une aide, certainement pas un obstacle, pour l'oecuménisme" (Jean-Paul II).